Parce que c'est moi, la mere !


 Tu deviens « la mère » dès l’instant où tu découvres que tu es enceinte.


        Tu deviens « la mère » dès l’instant où tu découvres que tu es enceinte. En fait tu n’es pas la mère... à ce moment-là, tu es la « future maman ».

Un terme doux et affectueux qui te prédit combien la maternité est une entreprise délicieuse.

Tu seras évidemment une "merveilleuse maman" ! Dévouée, attentionnée, tendre, généreuse, etc. Personne ne remarquera les cernes sous tes yeux, ton teint défraichi ou tes cheveux gras. Personne ne dira rien non plus du bordel qu’il y a chez toi ! Personne ne dira rien sur toi car ton beau (ou pas) bébé captera toutes les attentions… au début…

Et puis, on va soudain remarquer que, dis-donc ! Tu le prends souvent dans les bras ton bébé, quand même, il va devenir capricieux ! Et, quoi ? Il a une sucette !? Comment ça, il dort avec toi ??? Et puis tu lui donnes encore le sein à six mois !? Et là, tu le laisses pleurer !?

Ah ! Ça y est, tu deviens la « mère » de ton enfant. Cette fois c’est bon, on va enfin te regarder, TOI, parce que c’est Toi la mère !

Eh oui! peu importe si ton bébé a toujours la couche sèche, s’il sent toujours bon et si en ce moment il dort paisiblement, ça c’est juste « normal ». Le temps et l’énergie que tu passes à le langer, le bercer, le rassurer, le nourrir et le câliner chaque jour et chaque nuit depuis sa naissance, ça ne compte pas vraiment…  par contre s’il pleure ou qu’un petit bouton a le malheur de sortir, là, c’est de ta faute à toi, la mère !

D’ailleurs, ah tiens ! Tu n’as pas encore perdu tous tes kilos de grossesse, mais, tu fais assez d’exercice au moins? Et puis, tu devrais prendre le temps de te coiffer, t’habiller sexy et tout parce que là, tu te laisses aller ma belle. Oulà ! Mais tu t’es maquillée… ah bon, tu as le temps avec un bébé ? C’est bizarre, tu ne devrais pas être aussi belle après un accouchement, ou avec ton petit à la maison… Ce n’est pas normal, c’est même louche ! En plus tu veux reprendre le travail ??? Et qui est-ce qui va élever ton enfant à ta place, tu ne te sens pas trop coupable de l’abandonner, ça va ? Non, tu préfères prendre un congé parental pour l’éduquer ? C’est bien de vivre des allocations et de ne rien foutre de ses journées, y’en a qui ont de la chance…

Bon ça y est, tu l’as compris, c’est bien toi la mère. A toi la responsabilité ou plutôt devrais-je dire laculpabilité de tout.

Parce que tu n’es pas seulement la mère de ton bébé, tu es la « mère de famille ». Autrement dit, tu es responsable de la hauteur de la pile de linge sale, de la poubelle trop pleine, du frigo vide, des jouets et des vêtements qui traînent partout, des papiers qui s’entassent sur ton bureau... Non mais tu as vu l’état de ta maison !? Les taches sur le sol et les traces sur les murs… tu en es entièrement responsable! Sans parler de l’ambiance qui règne chaque instant dans cette maison, elle dépend exclusivement de toi, cela va sans dire, puisque c’est Toi, la mère !

 

A l’école, les gamins qui disent des gros mots ou qui ont le nez qui coule... La gamine toute décoiffée avec la jupe à l’envers à la fin de la journée... Les gosses qui n’ont jamais deux chaussettes de la même couleur… les petits qui ont des bleus sur les jambes parce qu’ils grimpent aux arbres… les pauvres! Pour peu que le gosse parle de monstre ou dessine un mouton trop noir à la maîtresse, ah ! La ! La ! Mais que fait la mère ?

Eh oui... Que fait la mère? On se le demande bien... parce que tout ce que tu fais pour tes enfants : te lever tôt le matin pour les préparer, leur faire à manger, les habiller, les laver, faire les courses pour eux, faire le ménage pour eux, laver leur linge, les récupérer le soir, les faire goûter, les laver, jouer avec eux, les faire manger, les reprendre encore et encore pour leur apprendre les bonnes manières, leur lire une histoire, les aider à faire leurs devoirs, les coucher, te coucher tard pour ranger derrière eux et passer la serpillière, préparer leurs affaires du lendemain, te lever la nuit pour veiller à ce qu'ils soient bien installés et les regarder tendrement dormir… tout ça, ça ne compte pas vraiment, tu sais... puisque c’est toi la mère.

« C’est toi la mère » ça veut dire que tu as bien choisi ce rôlé. Tu as bien choisi d’avoir tes enfants, de les élever et de les assumer. Donc tous les sacrifices que tu peux faire pour eux ne sont pas réellement significatifs… puisque c’est toi la mère, c’est toi qui a choisi cette vie.

En fait, voilà tu es la mère, tu n’as pas le choix. Tu n'as plus le choix!

Tu n’as plus aucun mérite à donner ta vie à tes mômes: c’est normal, c’est toi la mère, c’est toi qui dois le faire.

 

Et comme c’est bien toi la mère (on ne le répétera jamais assez), tu vas te prendre dans la tronche la claque de la séparation d’avec le père.

Le pauvre père…

 

Et attention, les psy, la maîtresse et les juges t’attendront au tournant! Ils s’en ficheront pas mal que tu aies tout assumé seule durant des mois puis des années pendant que le père vivait sa vie de célibataire. Ils s’en ficheront pas mal que toi, tu aies sacrifié toute ta vie sociale et professionnelle pour tes gosses. Ils s’en ficheront royalement que tu ne saches plus ce que signifient les mots « repos » ; « sorties » ou « shopping » pendant que le père se paie des nouvelles chaussures et des vacances au Caraïbes… parce que c’est toi la mère.

Voilà, on y est. Tu es devenue la mère célibataire. Tu peux rester la « mère-courage qui fait face » si tu évites soigneusement de penser à toi. Pas de rencontres, pas de sorties, pas de loisirs. Juste les sorties d’école et les réunions de parent d’élèves, les visites à la PMI et les courses au supermarché avec les gamins dans le caddie...

Peut-être que tu auras un peu de considération dans le regard des autres à ce moment-là. Les autres c’est ton entourage : tes collègues de boulot, les mamans d’école, la maîtresse, les psy, ou pourquoi pas le Juge aux Affaires Familiales… tu auras un peu de respect, de considération et parfois même d’admiration à ce moment-là, alors profite-en… parce que c’est Toi la mère et que tu le mérites depuis le jour où tu as su que tu étais enceinte !

Si par bonheur.. pardon! malheur ! Tu avais l’audace de refaire ta vie et de réussir… tu deviendrais une mère indigne! celle qui fait froncer les sourcils aux « autres ». Et pire encore si tu avais le culot d’avoir d’autres enfants, des enfants d’un père différent... Oui. Ça, ce n’est pas bien ! oh non ! Olà ! C’est même mal !

Et tu vas le payer. Peu importe les cicatrices sur ton corps et les larmes dans tes yeux, peu importe la douleur, la drogue et les humiliations… tu vas le payer parce que c’est Toi la mère.

Le Juge aux Affaires Familiales te jugera coupable de la séparation, coupable des troubles de tes enfants, coupable de la détresse de leur père, coupable de réussir et d’être heureuse à présent… coupable de tout. Ta réussite deviendra une honte et ton bonheur une insulte… S’ajouteront les remarques désobligeantes des cortèges scolaire et médical, les sourires hypocrites des mamans d’école, les ragots des voisins, les blagues douteuses de la famille, les copains de tes enfants qui ne les inviteront plus…

 

On en est là désormais, tu es la mère d’une famille nombreuse pas ordinaire... 

 

Tu devras garder la tête haute parce que tes enfants sont fiers de toi, quoi que tu aies pu faire. Tu garderas le sourire et la joie de vivre dont ils ont besoin pour s’épanouir… parce que c’est toi la mère et que le Juge se fiche pas mal de tes espoirs ridicules de Justice!

 

C’est toi la mère et tu as de quoi être fière du courage dont tu as fait preuve pour que, depuis leur naissance, chaque instant de leur vie, tes enfants ne manquent de rien. Jamais.

Regarde tes enfants. Regarde comme ils sont beaux, comme ils vont bien…! ils ne le doivent qu’à Toi, et toi seule. Parce que c’est Toi la mère: La seule personne au monde qui pourrait mourir pour eux mais surtout la seule personne au monde qui survit, qui affronte et qui vit pour eux.

Tu es juste unique et irremplaçable.

 

...Parce que c'est Toi la mère.

Écrire commentaire

Commentaires: 0